Belle d’Andillac, notre mascotte est partie.

Comme l’écrivait Albert Camus, parler de ses peines, c’est déjà se consoler, aussi le silence assourdissant de son absence résonne de nos bureaux.

Malgré sa courte existence, elle aura su veiller sur nous et vivre de beaux moments en notre compagnie. En ce début d’été, après le chagrin, une étoile supplémentaire brillera dans la nuit…

Au revoir BELLE…

BELLE d’ANDILLAC